APPLICATIONS

Étant une technologie polyvalente, l’électrocoagulation avec ANO2M peut s’insérer dans différents marchés.

Les lixiviats de sites d’enfouissement sont des effluents complexes qui peuvent contenir divers types de polluants organiques, inorganiques et microbiens. En plus de contenir des matières en suspension et de la turbidité, ces effluents abritent et transportent de nombreux microorganismes (virus, bactéries, levures, protozoaires, etc.). On y trouve également des composés phosphorés et des métaux lourds qui sont difficilement éliminés. Avec les normes plus serrées du Règlement sur l’Enfouissement et l’Incinération des Matières Résiduelles (REIMR), la technologie développée par E2Metrix est toute indiquée pour permettre un rejet sécuritaire de ces effluents. Tout comme pour le lixiviat, l’électrocoagulation avec ANO2M est très performante dans le traitement des eaux de lavage des sols contaminés par les hydrocarbures.

Plusieurs contaminants sont difficilement éliminés par les méthodes conventionnelles (biologiques et autres). L’électrocoagulation avec ANO2M est une technologie novatrice et émergente qui représente une alternative viable pour le traitement des affluents miniers ou encore provenant de l’industrie pétrolière. Cette technologie permet de réduire, avec aisance, les hydrocarbures et les métaux lourds.

Technologie unique qui permet de réduire le phosphore résiduel à 0.

Certes que plusieurs systèmes existent sur le marché pour le traitement des eaux sanitaires. Toutefois, avec les normes de rejet qui se serrent de plus en plus et en particulier pour le phosphore, E2Metrix offre une solution compacte pour le traitement de ces eaux jusqu’à leur désinfection.

Le traitement des eaux blanches des fromageries et laiteries est toujours requis en raison de la forte charge en matières organiques, en azote et en phosphore et ne peuvent être rejetées dans le milieu naturel sans un traitement d’épuration au préalable.

L’électrocoagulation constitue une méthode simple, économique et efficace pour éliminer les MES, les huiles et graisses et la DBO5 présentes dans les eaux blanches.

L’azote, notamment sous forme ammoniacale, peut être éliminé en formant la struvite, minéral insoluble qui est valorisé en agronomie comme fertilisant pour le sol. Le phosphore peut également être éliminé seul ou en co-précipitation avec l’azote.

Étant une ressource précieuse et limitée, l’efficacité de l’utilisation de l’eau s’impose. Le système développé par E2Metrix permet la réutilisation sécuritaire des eaux usées, une fois traitées par électrocoagulation. Les contextes sont divers et variés; à titre d’exemple on peut citer la réutilisation de l’eau dans les stations de lave-autos.

Le développement durable est un principe clé dans la gestion des ressources naturelles. Il porte sur l’efficacité opérationnelle, tout en minimisant l’impact environnemental ainsi que l’impact socio-économique. Il est évident que le recours continu à des ressources énergétiques fossiles de carburant n’est plus viable, en raison de l’épuisement des réserves mondiales. D’autre part, les microalgues permettent de lutter contre les changements climatiques en réduisant les émissions du CO2, un déchet qui se transforme en une source de nutrition. De ce fait, l’émergence des bioénergies est l’une des priorités du plan d’action québécois 2013-2020 sur les changements climatiques.

Plusieurs initiatives de recherche visant à développer des ressources d’énergie alternatives, telles que les biocarburants de 3e génération ou issus des microalgues sont présentement en cours. Toutefois, la récolte ainsi que la déshydratation des microalgues constituent un obstacle majeur à l’échelle industrielle pour la production de biocarburants. Différentes technologies sont utilisées dépendamment de l’espèce algale, dont l’électrocoagulation. Cette dernière s’avère intéressante dans la séparation de biomasse, et ceci sur un plan économique, car une petite quantité d’électricité est nécessaire pour récolter la biomasse. De plus, cette technologie permet la concentration primaire (ou le pré-épaississement) de la biomasse, sans altérer ni la membrane ni le contenu cellulaire.